Stairway To The Sun


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William Birkin
{It's sheer perfection !
avatar

Messages : 275

MessageSujet: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   Ven 9 Avr - 21:37

“Mirror, Mirror, who am I ?”



“Illusion is the first of all pleasures.”


    Nom: Birkin
    Prénom: William
    Sexe: Masculin
    Age (en 1998): 36 ans
    Date de Naissance: 12 mars1962
    Nationalité: Anglaise mais selon la légende, ce serait un ancien hobbit devenu perverti par le pouvoir d’un virus et répétant à tout bout de champ « preciouuus »
    Activité: chercheur à Umbrella le meilleur


“Only the shallow know themselves. ”



Que dire d’un personnage qui ne parvient même pas à se comprendre lui-même ? Enfant fou, génie meurtrier, Birkin n’est qu’une caricature d’humain malgré tous ses efforts. Il ne connaît rien de la vie, absolument rien, ne se rendant même pas compte lorsqu’il est mourant ! Ses proches –en particulier Annette- doivent sans cesse surveiller sa santé et vérifier qu’il prenne au moins un repas par jour.
Toujours en décalage avec son entourage, Birkin peine à se faire comprendre ou écouter. Oui c’est vrai il est intarissable pour parler science, biologie, évolution ou virologie… Mais ce sont là ses seules et uniques passions. Alors, il en est réduit à parler tout seul puisque cela n’intéresse personne d’autre. Ce que les gens attendent de lui, ce sont des résultats. Ca, Birkin est prêt à leur en donner, pourvu qu’il soit toujours considéré comme le meilleur. Sa psyché n’est rien d’autre qu’une tour d’ivoire insensible au monde extérieur se détruisant petit à petit.
Un cœur qui bat ? Un cœur, organe vital, muscle du corps humain… des émotions ? Oui il en a… mais a-t-il seulement le droit ? Le génie, c’est mieux que la tendresse, non ? Le travail, rien d’autre ne compte. Il n’y a que comme cela qu’il montre qu’il existe, qu’il est vivant. Fou, pauvre fou prêt à perdre jusqu’à sa dernière miette d’humanité, prêt à dédaigner, à écraser et à haïr…
Sa haine, elle peut même aller à une fillette de dix ans, les yeux qui s’exorbitent, les veines qui pulsent et la rage qui le déchire.
Que vaut la vie sans la connaissance ultime, celle qui nous hisse bien au dessus des gamines ? Le bien et le mal n’existent plus, parfois il y a le rêve d’une vie normale lorsqu’il regarde les yeux de sa femme, lorsqu’il pense à sa fille, mais cela n’est que passager. Fait-il réellement ce dont il à envie, à agoniser ainsi avec ses éprouvettes ? Même lui ne le sait pas… Lorsqu’il est entré à Umbrella, on l’a félicité, admiré, pris en modèle même… Quoi de mieux ? Plus personne ne cherchait à le comprendre ou à le condamner, non on le respectait ! Ils le savaient au dessus de lui alors le mépris disparaissait. Mais lui, lui il avait le droit de les dédaigner…

Tout n’est pas aussi simple à présent, les quelques membres de son univers disparaissent comme pour s’effacer dans la brume. Ce n’est pas comme s’il faisait quelque chose pour les retenir de toute façon. Plus d’ami, une femme au bord de la folie et une enfant déjà trop mâture.

Et c’est un esprit fou qui est la cause de tout cela, laissant les questions de Bien et de Mal à d’autres, désirant atteindre une gloire qui ne sera jamais sienne. La souffrance et l’amour, si seulement ça pouvait se donner facilement, Annette et Sherry seraient heureuses… mais on lui a jamais montré comment faire.
De qui est-ce la faute ? Au fond il n’est qu’un innocent accouché par un monde malade. Fragile, handicapé peut-être aussi –mais qui donc le remarque avec toute cette intelligence ?-, on lui a donné des formules scientifiques et non des rêves…
Voyez à ce que cela mène, lui qui ne voulait rien d’autre que la réussite.

La lumière du jour n’est pas fait pour les Freaks

    Un peu plus, please !
    Plus grande peur: Alexia Ashford (oui oui il en a cauchemardé une fois). Il craint également de voir tout ce qu’il a créé lui être enlevé. Ses virus sont sa vie, pas questions qu’on les lui prenne… Enfin, et là il s’agit de la peur de tout être humain, la solitude. Il n’a pas conscience que ses proches peuvent choisir de le rejeter, mais il a peur de les voir mourir. Plus qu’il ne se l’avouera jamais…

    Plus grand rêve: Mettre au point le virus parfait et être reconnu comme quelqu’un que l’on ne peut surpasser, tout simplement.
    Relations:
    Annette : sa femme, qui donc a séduit l’autre ? Difficile à dire. A la fois figure de mère, de sœur et d’amante, Annette lui offre une sincérité qu’il ne peut avoir dans aucun autre domaine de sa vie. Sa confiance en elle est importante, même s’il ne le montre pas. De toute manière elle le sait que son mari n’est qu’un grand enfant maladroit, non ? Et oui elle l’aime, elle le lui a dit…

    Sherry : petit bout de fille, petit bout de rien, il en est tellement fier de cette gamine aux grands yeux ! mais William sait également qu’il est u mauvais père et ne peut rien lui apporter de bon, alors il s’en éloigne maladroitement. Elle n’a pas besoin de lui, non ? Elle est intelligente et débrouillarde après tout, plus que lui à son âge. Et puis elle ne manque pas de maturité, lui il n’en a jamais eu, alors il la regarde grandir de loin. Sa fille, sa toute petite fille, fruit de quelque chose d’au-delà des mots que même un monstre sans conscience peut éprouver.

    Wesker : Est-ce un ami ? Dans l’esprit déformé de Birkin, oui. Complice dans le crime pourrait-on dire… Ils ont passé pas mal d’années l’un avec l’autre. Une amitié faite de rivalité mais aussi de respect, du moins pour Birkin. En Wesker également il place sa confiance, c’est à lui qu’il parle de toutes ces idées dont son esprit tordu peut accoucher. Pour lui il peut faire beaucoup de choses : créer un virus pour le rendre presque immortel, s’inquiéter, s’effrayer de le voir mourir si le virus rate alors que la probabilité de réussite ne lui évoque rien d’autre qu’un chiffre, d’habitude. C’est son ami… Peut être qu’il aurait voulu lui ressembler, quitter son caractère enfantin pour une froideur animale ? Wesker sait où il va et ce qu’il fait. Lui, il se cache dans ses recherches et son travail, sans but ni avenir.

    Docteur Marcus : Un mentor, un professeur… Un vieillard sénile ayant fait son temps également, pas d’amour filial comme dans les romans, fils ou autres. Juste quelqu’un indigne des recherches qu’il mène, si on lui propose de monter un complot contre lui, Birkin n’hésitera pas. A condition qu’il récupère le travail de l’homme, bien entendu…

    Alexia Ashford : Nemesis du savant, cette gamine n’a pas à vivre. Il la hait, c’est aussi simple que cela. Ah elle est intelligente Mais qu’elle crève ! Qu’elle crève comme une moins que rien dévorée par ses propres recherches… Lui, il peut faire bien mieux, il vous le prouvera !

    Autres: fâcheuse manie d’être obsédé par son virus, de n’avoir absolument aucune notion du temps qui passe, d’oublier de manger, d’oublier de dormir etc… Ah, ne jamais lui mettre un stylo entre les doigts quand il est stressé ou bien il vous le broie en plusieurs morceaux, il se martyrise aussi les doigts de cette manière (une fois cela a bien failli lui faire perdre son alliance, sur le coup Annette a été plus qu’en colère)


“Everything's got a moral, if only you can find it.”



Dans le couloir blanc il n’y avait rien si ce n’est un cri. Et les pas lourds résonnaient contre les murs, quel monstre allait donc entrer ? Une femme passa devant lui en courant presque. Elle n’avait pas de visage juste un parfum et le bas de sa blouse voletait contre ses jambes. Annette. Ce dut être à ce moment là que William comprit qu’il rêvait. Annette ne portait jamais de parfum au travail, dans leur esprit à tous les deux cela était contraire à la morale. Et puis…Pourquoi cette Annette sans visage aurait-elle un pistolet à la main ? Et puis cette sensation de savoir qu’elle pleurait alors que sans yeux ni lèvre, il ne pouvait voir aucune larme couler ou n’entendre aucun sanglot.
C’est cela les rêves…

Cris et coup de feu, de nouveau cette présence effroyable, celle qui effraie alors qu’il n’y a aucune raison pour cela. Ce n’était qu’un rêve. Mais la peur était la même que lorsque quelques années auparavant, Sherry s’était convaincue qu’un monstre vivait dans sa penderie. William avait ouvert la porte en grand pour lui montrer qu’il n’y avait aucun danger, que les seules choses à l’intérieur étaient ses vêtements. Seulement, avant de refermer, il n’avait pas pu s’empêcher de frissonner et de regarder en arrière. Comme si un œil l’observait. Un œil immense et jaunâtre…

La sensation était identique à présent, une paralysie de tous les membres, l’envie de voir mais de fuir en même temps, la gorge sèche…

Pourquoi ? Il n’y avait plus qu’une ombre à présent sur les murs blancs. Une ombre à l’odeur de mort, cela suffit à le réveiller.

La chambre ne lui était pas familière, quoi de plus normal ? Cela devait bien faire trois semaines qu’il n’était pas rentré chez lui pour dormir, se reposant dans la salle spécifique au laboratoire. Il n’avait plus l’habitude du corps d’Annette à côté de lui. Voir les draps se soulever sur sa poitrine au rythme de sa respiration lui paraissait aussi absurde qu’irréelle. Pourtant, il aimait ça non ?

Sans un bruit il se leva. L’habitude de dormir trois heures par nuit l’empêchait de s’assoupir à nouveau, ce n’étais pas cela qui allait arranger ses cernes… Il avait toujours été comme cela, même adolescent. Ce refus de perdre du temps en choses inutiles… Birkin se rappelait d’une fois où privé de sommeil depuis trop longtemps, il s’était littéralement endormi sur Wesker alors que le blond essayait de lui expliquer quelque chose. Cela avait provoqué pas mal de panique –l’accident d’Alexia Ashford restait dans les mémoires-, on l’avait cru contaminé, tout simplement.

En fait, il n’avait pas vraiment évolué depuis cette époque. Pas du tout, même. Mais quelle importance ?
Pieds nus, il alla jusqu’à la cuisine et se servit un verre d’eau. La fenêtre ne montrait rien d’autre qu’une obscurité à trancher au couteau. Un bruit attira son attention. Alertée par la lumière peut-être, Sherry s’était levée. La gamine l’observait, comme hésitant. Au fond, elle le connaissait pas trop ce père là, allait-il se fâcher de la voir ainsi au milieu de la nuit ?

S’il avait été un bon père, William l’aurait prit dans ses bras. William n’était pas un bon père il était juste un savant fou.

- Je t’ai réveillé ?

Elle secoua la tête, hésitante. Il la connaissait cette petite frimousse là, c’était celle d’un enfant ayant quelque chose à dire. En fait, William avait la même lorsqu’il voulait intervenir sur des questions domestiques…
Le silence dura encore quelques secondes jusqu’à ce que Sherry affecte un air ennuyé, comme si rien n’avait d’importance.

- Aujourd’hui j’ai eu les félicitations du professeur en sciences naturelles… Je suis la première de la classe dans cette matière.

Birkin la regarda, il savait ce qu’elle attendait. Les mots restèrent bloqués dans sa gorge.

- Ah....ce… c’est….

Seul ces quelques bafouilles maladroites réussirent à sortir. Des félicitations ? Oh elle en méritait tant sa fille adorée, son trésor ! Il l’avait toujours su intelligente, à présent elle voulait le rendre fier… Brusquement, il l’imagina attendre une longue partie de la soirée le bruit de la voiture qui rentre au garage. En vain. Ils étaient rentrés tard, très tard… Réveillée en pleine nuit, elle avait enfin eu l’occasion de dire à son père ce qu’elle avait sur le cœur, en attente de compliments.

- C’est magnifique… continue comme ça.

La gamine se figea, elle avait espéré plus. Juste un petit peu plus. La main de son père se posa sur sa tête. Si elle avait tendu les bras, Birkin l’aurait serré tout contre lui avec toute l’affection dont elle disposait. Elle ne le fit pas, se contentant de repartir vers sa chambre.

William savait qu’il avait mal fait les choses. Il ratait toujours tout de ce côté-là. Sans un mot il revint se coucher. Annette continuait de dormir. L’homme hésita quelques secondes avant de lui passer un bras autour des épaules. Tout contre elle, il pouvait sentir ses cheveux lui chatouiller le nez et l’odeur de sa peau lui caresser les narines. Il repensa au parfum qu’il avait senti dans son rêve. Le même que le grand flacon de la salle de bain. Sa femme l’utilisait peu, leurs sorties étaient rares voir inexistante. Peut-être devrait-il l’inviter au restaurant dans la semaine ?
Oui, et le week end prochain, ils emmèneraient Sherry au parc d’attraction. Elle était encore assez jeune pour ça, pas vrai ?

Le sommeil le reprit sournoisement. Il dormit du sommeil du juste, après tout comment pouvait-il savoir que demain, le monde s’écroulerait.

Demain, 29 septembre 1998…


“We're all mad here~”


    Pseudo: Nephtys
    Comment avez vous connu le forum ?: hem… no comment
    Remarques, suggestions ?: appelez-moi Dieu ?
    Avatar de votre personnage: le seul, le vrai, l’unique garanti sans OGM (enfin….pas encore ?) avec des cernes 100% naturelles

_________________

merci à Jill pour les icônes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Wesker
"Humanity is entirely overrated."
avatar

Messages : 272
Age (en 1998) : 38
Nationalité : Anglaise ?
Quote : " Man is least himself when he talks in his own person. Give him a mask, and he will tell you the truth. "

Who Am I
Relations ;:
Armes;:

MessageSujet: Re: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   Ven 9 Avr - 22:01

.........
Le test RP, je te hais ! Il est trop beau, j'en ai les larmes aux yeux <___<
C'est rageant !
Et tout ça en si peu de temps, je suis impressionnée oO

Bref, t'es acceptée quoi xD
(en même temps le contraire serait affligeant xD)

Félicitations huggle !

(Savant fou, va.)

_________________
AND STOP CALLING ME THE PRINCE OF DARKNESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stairwaytothesun.1fr1.net
William Birkin
{It's sheer perfection !
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   Ven 9 Avr - 22:13

Rageant?
Ca donne presque l'impression que tu m'engueules XD

Merci :)

il est clichéééé mon test RP

_________________

merci à Jill pour les icônes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Wesker
"Humanity is entirely overrated."
avatar

Messages : 272
Age (en 1998) : 38
Nationalité : Anglaise ?
Quote : " Man is least himself when he talks in his own person. Give him a mask, and he will tell you the truth. "

Who Am I
Relations ;:
Armes;:

MessageSujet: Re: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   Ven 9 Avr - 22:19

Non, mais tu écris vite et bien alors forcément /o\
Je suis contente que t'aies terminé cela dit, on peut ouvrir ♥️

(il est très bien ton test RP <<)

_________________
AND STOP CALLING ME THE PRINCE OF DARKNESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stairwaytothesun.1fr1.net
William Birkin
{It's sheer perfection !
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   Ven 9 Avr - 22:27

Merci, je bouge ma fiche dans les Validés comme un grand ;)

_________________

merci à Jill pour les icônes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Redfield
Hey, you know that I always keep my promises.
avatar

Messages : 155

Who Am I
Relations ;:
Armes;:

MessageSujet: Re: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   Ven 9 Avr - 23:38

Comme je te l'ai déjà dit par MP, ta fiche est superbe... o_o

Et ton RP est très bien, vilain <__<

_________________

Avat = Kenny on Hetalia Rpg ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Birkin
{It's sheer perfection !
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   Ven 9 Avr - 23:48

merci :)
n'empêche, ce perso va me donner la migraine x__X

_________________

merci à Jill pour les icônes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?   

Revenir en haut Aller en bas
 

William Birkin - Le désir de connaissances est-il obligatoirement un défaut?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stairway To The Sun  :: HRP } Once upon a time :: Registres :: Validés-