Stairway To The Sun


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leon S. Kennedy

avatar

Messages : 8
Age (en 1998) : 21 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Mar 28 Déc - 4:17

“Mirror, Mirror, who am I ?”





“Illusion is the first of all pleasures.”


    Nom: Kennedy
    Prénom: Leon Scott
    Sexe: Masculin
    Age (en 1998): 21 ans
    Date de Naissance: 12 octobre 1977
    Nationalité: Américaine
    Activité: Agent de Police / Agent spécial par la suite.



“Only the shallow know themselves. ”



    Dans son ensemble, son entourage peut affirmer que Leon n'est pas du genre à chercher les ennuis. Si l'on excepte sa tendance naturelle à vouloir jouer au héros, c'ést en général les ennuis qui viennent à lui. Mainte et mainte fois, son parcours, d'un point de vue professionnel comme personnel, pouvait le prouver. Parcours pour le moins fulgurant, et ayant contribué à en faire un autre homme. Car Leon en a fait, du chemin. Du jeune agent de police naïf, toujours au mauvais endroit au mauvais moment et rêveur, il est devenu un des meilleurs agent du gouvernement américain, plus mûr, plus sur de lui, plus charismatique, mais aussi plus froid.

    A ses débuts, nombreux étaient ceux ayant la fâcheuse manie de le sous-estimer. Chose aujourd'hui dangereuse, car depuis la catastrophe de Raccon City, Leon n'a pas gagné qu'en maturité. Stratégie militaire, entrainements physiques poussés à l'extrême, maniement de tout types d'armes, mais aussi détermination exacerbée, son unique but est d'annihiler totalement le virus, qu'importe ses formes ou ses utilisations, qu'importe l'entité aux commandes, dans l'ombre. Umbrella, Tricell, particuliers... Même résultat. Cette abomination doit disparaître définitivement.

    Leon n'est pas un grand bavard, pas plus qu'un fanfaron ou une grande gueule. Cela dit, rien ne l'empêche jamais de dire ce qu'il pense face à des actes qui vont contre ses principes. Et des principes, il en a. Armé d'un sens aigu de la justice – séquelle d'un père et d'un oncle tout deux officiers de police – il suit les ordres et les règles à la lettre. Rarement tendu ou crispé, Leon préfère garder une attitude calme et posée. Sang-froid et bon sens sont deux vertus qu'il a su apprivoiser, et il sais rester maitre de lui en toute circonstance. Depuis toujours, Leon répugne de voir ou de laisser mourir des gens. Il essaiera toujours de sauver une personne en danger, quel que soit le risque, au grand dam de ses éventuels équipiers
    Il est fondamentalement bon et généreux. Mais comme toute personne de ce genre, il en résulte un défaut de taille. De très très grosse taille même. Leon est terriblement utopiste. Il croit en un monde totalement libéré de l'emprise du virus. Ce qui contribue encore un peu plus à augmenter son acharnement dans sa lutte contre Umbrella. Pour ne rien arranger, sa vision du monde est assez sommaire. Pour lui, il y a d'un coté les blancs. Les amis, les alliés, les « bons », ceux qui sont prêt à tout pour les autres, qui sont immédiatement dignes de confiance et de respect... Et de l'autre, les noirs. Les pourritures, les profiteurs, les assassins, ceux qui profite du Virus pour s'enrichir ou atteindre des but personnels... Bref, tout se joue sur cette différence entre « gentils » et « méchants », au sens le plus schématisé. Cette vision des choses a tout de même tendance à s'effacer de plus en plus depuis 1998, bref, au moment où il abandonne sa naïveté naturelle.

    Bien plus doux et compréhensif avec les femmes et les enfants, ce sont eux qui ont la priorité en cas d'attaque ou d'accident quelconque. Leon fait partit, à l'instar de Claire, de ces personnes capables de voler au secours de la veuve et l'orphelin. Pourtant, son pragmatisme grandissant au fil des années lui a apprit a se modérer de ce coté également, car là où, à 21 ans, il se serait jeté pour sauver quelqu'un prit entre les mâchoires d'un zombie, à 27 ans il saura d'avance que plus rien ne peut sauver la victime. Au mieux, il se contentera de passer son chemin.

    Très secret sur lui-même, ainsi que sur sa vie privée, il ne s'expose jamais aux autres. Il répugne à parler de lui, et élude souvent les questions le concernant. Plus timide que désintéressé, il n'est pas l'expansif du groupe. Sa timidité est notamment visible via une maladresse certaine avec les femmes (en situation de relations amoureuses s'entend). Il se considère lui-même comme malchanceux en amour et essaiera rarement, voire jamais, de faire le premier pas. Quoique pour cet aspect, une certaine asiatique en robe fendue rouge est peut-être à pointer du doigt.

    Honnêteté, loyauté, droiture et courage sont autant de qualités pouvant rivaliser avec sa fâcheuse manie à accorder un peu trop rapidement sa confiance, sa tendance à tout garder pour lui et son habitude de vouloir sauver tout le monde au détriment de sa propre sécurité.


    Plus grande peur: Perdre un être cher sans rien n'avoir pu faire pour le sauver.
    Plus grand rêve: Eradiquer le virus de la surface de la terre. Vaste Programme.
    Relations:
    • Claire Redfield : Leon ne pourra jamais oublier le jour de sa rencontre avec Claire, qui marque aussi le début du cauchemar pour lui. Du statut de parfaite inconnue, elle est vite montée au rang d'amie précieuse, même s'il n'est pas du genre à l'avouer de vive voix. Une grande confiance et un respect mutuel se sont instaurés entre eux, même si le fait d'avoir dû survivre ensemble à des hordes de zombies y est pour beaucoup. Bizarrement, à chaque fois qu'ils se retrouvent, c'est entre nuées de contaminées et explosions à tout bout de champ. Il apprécierait pouvoir la voir dans un contexte plus calme et posé, malheureusement leur capacité à s'attirer les problèmes en décide autrement.

    • Chris Redfield : Le grand frère de Claire est une personne fiable, sur laquelle on peut compter en toutes circonstances. Leon le sait, et lui fait en conséquence autant confiance qu'à sa sœur.

    • Ada Wong : Belle, énigmatique et envoutante, Ada est le papillon qui a charmé Leon. Elle le fascine, et lui-même la qualifie comme faisant partie intégrante de lui. Il est un célibataire endurci, et est le premier à dire qu'il souhaite rester seul, pourtant il ne peut tout simplement pas l'oublier, et malgré le temps qui passe, il a et aura toujours des sentiments pour elle.

    • Jack Krauser : Homme de peu de mots rencontré durant son entrainement pour devenir agent spécial. Krauser est son ami, ou tout du moins le pensait-il. Leon a du mal à comprendre son revirement soudain entre l'opération Javier et leurs retrouvailles, et l'incompréhension est d'autant plus grande qu'il était convaincu de sa mort.

    • Ashley Graham : La fille du président... Que dire de plus ? Au début simple nom dans son ordre de mission, Ashley est devenue celle qu'il se doit de protéger envers et contre tout, ce qu'il fait. Sa capacité hors-norme à se faire enlever sans arrêt et ses appels à l'aide incessants n'ont pas réussit à briser le calme et le pragmatisme de Leon. Il lui reconnait un courage et un sens de la débrouillardise peu commun. Il préfère ignorer les sentiments qu'elle a pour lui, se disant qu'elle n'est rien d'autre qu'une mission parmi d'autres pour se donner bonne conscience.

    • Angela Miller : Femme forte et déterminée, elle a gagné le respect de Leon assez rapidement ainsi que, par extension, sa sympathie. Il n'est pas resté indiffèrent à son histoire. Ceci dit, elle semble se faire un peu trop d'idées sur leur relation (quiproquo dû en particulier a une sombre histoire de plongée...)

    • Ingrid Hunnigan : Jamais rien de plus qu'une voix à travers un portable. Et c'est bien dommage.

    Autres: //


“Everything's got a moral, if only you can find it.”


    Mémoriser chaque détail, chaque recoin, même le plus sombre, le plus basique, le plus insignifiant. Rester alerte, à l'affut, toujours. Constamment avoir son Glock 30 à portée, sur sa hanche, et un couteau de combat en main. Se fondre dans l'obscurité sans un bruit ni même un souffle. Penser, toujours, à la finalité d'une mission, connaître sa cible comme le plus proche des amants. Viser, autant que faire se peut, la tête. Les points vitaux si l'ennemi n'est pas un contaminé. Savoir utiliser instinctivement toutes les techniques d'autodéfenses à mains nues. Ne jamais perdre son sang-froid, analyser toutes situations ou éléments nouveaux avec logique et pragmatisme, et surtout...

    - Reste concentré !

    Voilà ce qu'il avait oublié.
    Rester concentré.

    L'ordre beuglant de l'instructeur à l'intérieur de son oreillette était arrivé trop tard. Leon avait à peine eu le temps de plonger en avant. Pas assez tôt pour éviter la lame ennemie qui lui entailla allégrement le bras sur presque toute sa longueur. Le réception fut dure, mais elle aurait pu être pire. A force de dresser dans sa tête la liste vitale des choses à ne pas omettre sur le terrain, encore et encore, il en avait oublié de prendre garde à son entourage. Il s'était relâché, et il venait de payer son inattention. Faiblement cela dit. Car ici, ça n'avait rien d'un terrain de jeu. L'entrainement spécial qu'on leur soumettait, à lui et tout les autres agents, était certes un simulacre grandeur nature, mais les coups portés, les armes, les blessures, tout était réel. Ce n'était pas qu'une simulation. C'était l'enjeu d'une vie. L'échec, ça ne devait pas exister dans les forces spéciales américaines.

    Il devait se ressaisir. On l'avait déjà envoyé en mission, et il essayait d'imaginer ce qui aurait bien pu se produire s'il avait été aussi dissipé que maintenant. Sans même jeter un coup d'œil à son agresseur d'un jour, Leon se hâta de se replier. Juste le temps de reprendre ses esprits car ici, dans cet enchevêtrement de cachettes idéales pour snipers et autres collègues prêt à faire du zèle, se reposer et rester immobile était aussi dangereux que sortir à couvert. D'ailleurs, dans son dos, un frôlement presque inaudible et une présence discrète venaient de faire leur entrée. Respirant doucement, lentement, Leon se donna trois secondes avant de se retourner pour frapper. Une... Deux...

    ***

    Pressé de rentrer pour retrouver ce fidèle ami qu'était le matelas, il s'était dépêché d'entrer dans les douches communes du centre, pour en finir le plus vite possible. Tous exténués par ces trois longues journées intensives, peu se parlaient, préférant rester muets, plongés dans leurs pensées. Leon n'échappait pas à cette règle. Alors que tout ses muscles endoloris et douloureux se décrispaient sous l'eau brulante du jet, son esprit retourna vagabonder dans le passé. Il n'était pas homme à rester bloqué sur des évènements révolus, pourtant, certains moments de sa vie avaient la vie dure dans sa mémoire.
    Pour la énième fois, il se demanda ce qu'il lui serait arrivé s'il s'était réveillé à l'heure le jour de la tragédie de Raccon. Aurait-il été prit dans la mêlée et contaminé, comme tout les autres ? Serait-il devenu un de ces zombies ? Aurait-il été en quête de chair humaine ou se serait-il fait descendre ? Qu'était devenu Claire ? Et Sherry ? Depuis que l'une était repartie en quête de son frère, et qu'il avait confié l'autre au gouvernement, il n'avait eu aucune nouvelle d'elles. Que faisait Umbrella ? A quand une nouvelle activité du virus ?

    - Tu comptes dormir là ?

    La voix grave de Krauser résonnait sur le carrelage blanc. D'un regard, Leon constata que la majeure partie des effectifs avait déjà vidée les lieux. Il arrêta l'arrivée d'eau en même temps que lui.

    - Belle estafilade. Heureusement que tu as de bons réflexes. Sinon je t'aurais tranché le bras.

    Aucune provocation ni menace. Le blond se contentait de faits. Oui, il avait failli lui trancher sciemment le bras, et alors ? On leurs avait bien dit que ce n'était pas un jeu. Krauser était un excellent soldat obéissant scrupuleusement à la hiérarchie. Leon avait beau ne pas être forcement très proche de lui, il le savait, et il fallait qu'il s'attende à un tel résultat.

    - Ça guérira vite. Et j'ai pu prendre ma revanche assez rapidement.

    Armé de son sourire sardonique, Krauser porta machinalement la main à la récente entaille qui lui barrait la joue, et balança sans ménagement une serviette propre sur Leon. Avant de retrouver son mutisme habituel. Le brun se sécha et s'habilla en hâte. Il ne faisait guère attention aux autres. Ici, il n'y avait rien qui méritait qu'on y prenne garde. Des hommes fourbus à la peau couturée. Il connaissait plus réjouissant comme vue.

    ***

    A peine deux jours plus tard, on le contacta. Nouvelle affectation. Nécessité de partir le plus rapidement possible pour Washington avant d'être évacuer vers le lieu de la mission : l'Amérique du sud. Un certain Javier semblait fortement intéressé par Umbrella Corp. La voix au téléphone débitait ses informations comme un ordinateur bien programmé.

    - …voilà pour le gros des informations. Le dossier complet vous sera communiqué un peu plus tard. On vous a attribué un équipier qui vous rejoindra sur place, et quelqu'un a été envoyé pour vous chercher au point de rendez-vous convenu, ne soyez pas en retard.

    - Le seul jour de ma vie où j'ai été en retard, c'est ce qui m'a sauvé.

    *bip*




    Spoiler:
     

“We're all mad here~”


    Pseudo: On va faire comme si vous ne me connaissiez pas.
    Comment avez vous connu le forum ?: Double-compte du russkov.
    Remarques, suggestions ?: Virez les admins !
    Avatar de votre personnage: Léon et sa mèche, la seule, l'unique.


Dernière édition par Leon S. Kennedy le Ven 31 Déc - 0:04, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Wesker
"Humanity is entirely overrated."
avatar

Messages : 272
Age (en 1998) : 38
Nationalité : Anglaise ?
Quote : " Man is least himself when he talks in his own person. Give him a mask, and he will tell you the truth. "

Who Am I
Relations ;:
Armes;:

MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Mar 28 Déc - 13:21

Je t'aiiiiiiiiiiiime
(je sais avec Wesker... bon.)

Comment ça virez les admins ? é___é

_________________
AND STOP CALLING ME THE PRINCE OF DARKNESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stairwaytothesun.1fr1.net
William Birkin
{It's sheer perfection !
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Mer 29 Déc - 20:51

MECHANT MECHANT MECHANT !

Hé bah moi je t'aime pas >o<

*balance ds trucs dessus*

(et non on vire pas les admins, ho XD)

_________________

merci à Jill pour les icônes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leon S. Kennedy

avatar

Messages : 8
Age (en 1998) : 21 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Jeu 30 Déc - 23:57

Moi je vous aime.
Même si Wesker, c'est rien qu'un méchant, et que Birkin est pas mignon du tout.

Ceci dit, fiche terminée et prête à recevoir le châtiment divin. Ayez pitié, vous savez à quel point les fiches de présentation et moi, c'est une folle histoire d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Birkin
{It's sheer perfection !
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Ven 31 Déc - 0:07

....loutre cosmique?
Et j'en suis fière de mes idées, surtout quand elles t'inspirent ! 8D

Personnellement, ta fiche me va....
Je trouve absolument rien à redire <3 et puis j'aime ton Léon, l'est tout meugnon

Voyons ce que peuvent en dire les autres

_________________

merci à Jill pour les icônes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leon S. Kennedy

avatar

Messages : 8
Age (en 1998) : 21 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Ven 31 Déc - 0:19

C'était loutre cosmique ou père indigne. C'est toi qui vois. 8D

Et si je fais un Leon tout meugnon, c'est même pas fait exprès...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Wesker
"Humanity is entirely overrated."
avatar

Messages : 272
Age (en 1998) : 38
Nationalité : Anglaise ?
Quote : " Man is least himself when he talks in his own person. Give him a mask, and he will tell you the truth. "

Who Am I
Relations ;:
Armes;:

MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Ven 31 Déc - 16:41

Accepté évidemment !

J'adore ta fiche en fait. Mais genre, trop.

_________________
AND STOP CALLING ME THE PRINCE OF DARKNESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stairwaytothesun.1fr1.net
Chris Redfield
Hey, you know that I always keep my promises.
avatar

Messages : 155

Who Am I
Relations ;:
Armes;:

MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   Dim 2 Jan - 14:40

You're awe-some

_________________

Avat = Kenny on Hetalia Rpg ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leon S. Kennedy - “Shoot 'em in the head.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stairway To The Sun  :: HRP } Once upon a time :: Registres :: Validés-