Stairway To The Sun


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1998} Au bonheur des ogres [Yuri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James Cooper
The Death Cannot Die
avatar

Messages : 90

MessageSujet: 1998} Au bonheur des ogres [Yuri]   Mer 18 Aoû - 22:53


Il n'y a rien de plus dangereux qu'un collègue, qu'une personne mal intentionnée en mal d'ambition, de ne voir que le trajet de la balle avant de s'écrouler doucement avec un sentiment d'incompréhension et de mourir comme ça, comme si de rien n'était, comme si la vie l'avait voulu comme cela, pour laisser la place à celui qui a enjambé le corps et attendre que celui-ci se fasse à son tour descendre pour pouvoir rire en silence de l'idiotie de la chose, du cycle perpétuel de la vie et de l'envie. Combien de morts au nom de l'ambition ? Bien trop, mais ce n'était ni le moment ni l'endroit pour en discuter. La mission était relativement simple, jouer les casques bleus pour éviter que les cobayes Africains ne meurent tous lors d'une énième guerre de territoire. Et puis, il fallait le dire, envoyer des troupes armées redorait le blason de Umbrella, quoi de mieux pour vendre des produits que de prouver que l'on est toujours là, à l'écoute et à la rescousse des pauvres gens ?

Assis à l'ombre, la sueur coulant sur son front, James fixait les pauvres gens qui déambulaient de manière tellement pitoyable dans les rues de cette ville, s'ils étaient épargnés par la douleur des combats, la famine, la maladie et la fatigue aurait raison d'eux bien vite. Ce n'est pas comme s'il s'intéressait à ces personnes, loin de là, il n'y avait absolument rien d'intéressant, qu'ils mourraient ou qu'ils vivaient, sa mission restait la même et il n'aurait plus qu'à oublier cette chaleur, ces moustiques et sa bouffe immonde. Ah... et puis le Russkoff aussi, s'éloigner de lui pendant quelques temps... voir longtemps de préférence. Pas qu'il n'aimait pas son supérieur... quoi que si. Il ne l'aimait pas du tout et rêvait de lui tirer une balle entre les omoplates s'il l'entendait encore une fois se plaindre de la chaleur. Il avait accueilli avec presque bonne humeur le fait qu'il se retrouve coincer à surveiller la rue avec le nouveau que de se retrouver à côté du russe au milieu de chefs de guerre en tension et à côté du buffet.

Le petit nouveau était encore tout fébrile et surpris de se retrouver là, dans un endroit aussi exotique. Il scrutait la rue avec une attention suspicieuse, le fusil levé d'un air qui se voulait menaçant alors qu'il lui restait encore des boutons d'acné et les poils qu'il arborait fièrement sur son menton semblaient être les seuls survivants d'une bataille longuement menée. Il avait encore les idées plein la tête et des idéaux d'un jeune nouveau. Il allait bien vite comprendre qu'il n'était aucunement question d'aider ces pauvres gens mais bien travailler pour la société pharmaceutique et rien d'autre... ou tout simplement crever comme tous les autres avant lui. Il était mignon le gamin, oui, il était mignon, mais qu'est-ce qu'il était con, quand même. Et voilà qu'il le fixait avec un grand sourire et un clin d'œil complice. Il n'eut pour réponse qu'il simple froncement de sourcils et un dos tourné. Il n'y aurait aucune camaraderie avec lui, comme avec tous les autres, c'était la guerre, chacun pour soi.

Tout semblait aller pour le mieux, James se permit même une petite clope qu'il s'empressa d'allumer avant qu'un idiot vienne l'interrompre dans le seul moment pas trop chiant de la journée, c'était toujours dans les meilleurs moments que les gens semblaient se réveiller et se souvenir qu'il fallait poser des questions urgentes aux gens. Ou que les pires crasses arrivaient. La loi de Murphy, quoi. Et bien sûr, ce qui devait arriver arriva. Le petit calme qui s'était installé depuis quelques heures avec la disparition du russe dans le bâtiment vola en éclat avec les vitres. Sa première réaction fut de se dire qu'il n'avait pas encore allumé sa clope, ce qui tombait bien, la deuxième fut de se jeter à terre pour éviter les balles qui semblaient voler dans tous les sens.

Son ex-coéquipier avait eu moins de réflexes... enfin, il n'avait pas eu les bons réflexes et s'était retourné pour tirer lui aussi, mais dans les murs de la maison. Il s'était donc prit une ou deux balles perdues et pleurnichait par terre en serrant convulsivement son arme... et le doigt trop près de la gâchette. Même pas en rêve, gamin, personne ne viendra te secourir. Tu auras ton grade en petit dans le journal, à côté de 'massacre' et des 'morts'. Pauv'gars, c'est ça, oui. La rue quand à elle s'était vidée de tous les pauvres hères qui s'y trouvaient avant, comme si l'impact des balles avait redonné un peu de vie aux cadavres sur patte. Un ou deux corps ici et là, mais pas plus grave.

Étalé sur le sol, le nez dans le gazon bien propret de cette résidence de riches, il se contenta de faire ce qu'il savait si bien faire... attendre que l'orage passe et aller ramasser les cadavres après. Il hésita même à s'allumer sa clope... mais pas devant le gamin qui continuait à le fixer en chouinant. Un petit coucou de la main avec un sourire. Les éclats de balles finirent par se taire, avec un soupir il se leva après avoir tapoté sur l'épaule de son collègue.

T'inquiète môme, tu survivras. Bon... tu bouges pas, j'vais aller ramasser ce qui reste du russe.

Arme ? Sécurité enlevée. Casque ? Ok. Hurlements d'agonie ? Oui. Bien, tout était dans les conditions et il se dirigea vers la porte de la maison... pour l'éviter et faire le tour pour passer par la porte de derrière, le fusil pointé sur tout ce qui pourrait bouger ou ne pas bouger. Il ouvrit la porte avec toute la grâce et le silence qui allait avec, aux frais du contribuable de toute façon, et enjamba quelques serveurs habillés de blancs... morts. Ils n'avaient pas échappés à la folie meurtrière d'un type armé.... d'un très gros calibre on va dire. Les bouts étaient éparpillés un peu partout dans le couloir et des traces de pas s'éloignaient en direction de la cuisine.

Cuisine qui était également en salle état, comme si une bombe ou un afri... quelqu'un de particulièrement armé était passé dedans, un homme était même en train de... enfin, c'était moche, c'était tout ce qu'il y avait de plus mort, pour plus de sécurité, il rebroussa chemin et se rendit vers la salle de réception où les portes brillaient par leur absence. C'était là qu'avait eu le plus grand du carnage, mais par bonheur, le buffet n'était pas trop touché. Les gens étaient tout ce qu'il y avait de plus mort... enfin, surtout après le passage de James qui se contentait de marcher sur les gens qui gémissaient encore. Quelques survivants par-ci par là, mais pas de quoi défrayer les chroniques.

Quelqu'un devait avoir tiré dans la climatisation, car en plus de la chaleur qui était naturellement dans le coin, un air poisseux et chaud se répandait un peu partout. Profitant du fait que le russe n'était pas à proximité, et en dépit de tout bon sens, il engouffra un canapé en mâchonnant bien, scrutant dans la salle pour voir si dans la marée de sang, il pouvait voir son supérieur et son autre collègue dans le tas. Si le russe était mort, cela aurait été à proximité de la ventilation, normalement, mais devant celle-ci, il n'y avait pas grand chose d'autre qu'un fauteuil renversé et perdant son ventre. Haussant les épaules, il repointa son arme vers le haut.

Bien... maintenant que vous avez canarder tout ce qui bougeait, les ordres ? Je vous conseillerais de vous bouger vos fesses avant que les renforts arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Litovski

avatar

Messages : 12
Age (en 1998) : 26
Nationalité : Russe, banane

Who Am I
Relations ;:
Armes;:

MessageSujet: Re: 1998} Au bonheur des ogres [Yuri]   Ven 20 Aoû - 4:04

Spoiler:
 

On lui avait dit que ça ne serait qu'une mission de routine. On lui avait dit que tout irait bien, et que d'ici trois jours, quatre au grand maximum, il serait rentré.
Mais « On » est souvent un con.

Ça puait la poudre, la sueur et la merde sanguinolente. Comment en était-il arrivé là déjà ?
Comme s'il pouvait oublier.

Autour de lui, des types en uniforme, d'autres en costume. Tous de sombres inconnus, dont les noms resteront anonymes jusqu'au bout. Pas faute de présentations, juste que tout ça était trop trivial pour se frayer un chemin dans l'esprit du russkof. Puis c'était compliqué de devoir retenir tout ça, sérieux, ça lui faisait mal au crâne. Déjà que c'était pas du luxe...

Il bailla à s'en décrocher la mâchoire. En face, on lui parle d'aides internationales à accorder à un pays X ou Y, puis on enchainait sur le devenir des habitants de la région, l'avenir d'Umbrella et tant d'autres. Mais à vrai dire, le sujet de jour aurait très bien put être sur le congrès annuel de la sauvegarde de la pomme de terre en Patagonie centrale que Yuri s'en ficherait tout autant. Mais franchement, tout bien réfléchit, il n'échangerait sa place pour rien au monde. Au moins, le bâtiment avait beau être remplie de types tous plus ennuyeux, moches et cons les uns que les autres, il avait le mérite d'avoir la cli-ma-ti-sa-tion. Douce invention. D'ailleurs, il ne daignait pas bouger ses fesses de devant le mince filet de vent frais, monopolisant la fraicheur en toute impunité. Mince réconfort destiné à lui faire oublier que sous peu, il devrait fatalement sortir d'ici et affronter la chaleur externe.

A l'autre bout de la pièce, il pouvait voir le… Truc qui lui servait de collègue faire le fanfaron devant un petit groupe de grosses huiles. Petit con, comme si c'était le moment de faire le beau. Ça, pour attirer la sympathie et les pseudo-faveurs d'une femme qui ne partagerait son lit qu'en rêve, il était fort. Mais pour ce qui était de la discrétion, tu repasseras. De quoi le dégouter et se demander ce qu'il foutait là en fait. Pour la énième fois. A la limite, mais vraiment à l'eeeeextrême limite, le blond aurait presque envie de sortir rejoindre les deux autres truffions censés surveiller l'extérieur. Si seulement il avait la certitude de ne pas recevoir une malheureuse balle perdue entre les deux yeux comme par miracle et que la température ne dépassait pas les 40 degrés.


…Bordel ça devenait vachement long. Mais qu'est-ce qu'il n'aurait pas donné pour être ailleurs, loin d'ici, plutôt qu'en plein milieu d'un ring de boxe verbal où la tension montait d'un cran à chaque fois que quelqu'un osait ouvrir la bouche. Plus le temps passait et plus l'électricité se faisait sentir dans l'air déjà vicié. Plus les avis de chacun fusaient, plus les mains se faisaient baladeuses, cherchant le contact rassurant d'une crosse ou d'une lame cachée dans une manche ou un revers de veste.

Puis voilà, parce que le genre humain est infoutu de se comprendre correctement en restant plus de deux heures dans la même pièce, il avait bien fallut que ça arrive : Ça se mit à péter de tout les cotés.

Qui avait commencé ? Pourquoi ? D'où ? Autant de questions auxquelles Yuri ne pouvait pas avoir de réponse, tout occupé qu'il était à s'éventer, le visage quasiment collé à la grille d'aération de sa meilleure amie du moment. Un regard de coté, un réflexe de survie, il se jette à terre dès les premiers impacts de balles. Comme pour tout bon soldat qui se respecte, le sang-froid ne laisse pas sa place à un surplus d'informations qui encombreraient ses stimulis nerveux et, par conséquent, ralentirait ses réflexe. Le classique coup du « je tape d'abords, je réfléchis après ». Sérieux, dans certains cas, ça peut vous sauver la vie. Le russe se redresse à moitié et tente de courir jusqu'à l'autre bout de la pièce, là où il a remarqué qu'une énorme bibliothèque en bois massif s'était renversée. Un bon bouclier. Autours de lui, ça beugle, ça hurle, ça se plaint. Cette cacophonie est amplifiée par le fracas des munitions et par d'étranges râles semblables à ceux de ces zombies qui semblent toujours plus nombreux à travers le monde.
Ça, c'est pas rassurant.

Yuri ne dit pas qu'il n'a pas peur. Celui qui clame ne pas ressentir de peur dans ce genre de moment est un crétin. La peur, c'est la source de tout. C'est ce qui nous fait parfaitement piger que la situation n'a rien d'un jeu, que l'on peut y rester pour de vrai. C'est ça qui nous permet d'aiguiser nos sens et nos temps de réactions de réactions à l'extrême. C'est ça qui peut nous sauver.
Alors là ouais, Yuri a peur. Comme les trois quarts des gens encore vivants dans cette salle. Les autres, ce sont juste de pauvres types qui n'attendent rien de la vie. Dés qu'il le peut, il se détache de derrière les lourdes planches de bois pour tirer, s'assurant un périmètre de sécurité... Si l'on pouvait parler de sécurité dans le bordel ambiant. Une épaisse fumée composée de la poussière des murs empêche d'y voir plus loin de trois pas. Une pensée traverse l'esprit du russe. Quelque chose qui, une fois traduit, pouvait grosso merdo se rapprocher de « Putain mais qu'est-ce qu'ils foutent dehors ?! ». Vu comme cette grosse vache de Cooper avait l'air de l'apprécier, il serait en train de se faire griller des marshmallows que ça l'étonnerait même pas. Yuri n'a même pas le temps de se faire cette réflexion qu'un morceau de plafond se détache et lui tombe sur la tronche. C'est le noir intersidéral et le silence se fait.



Puis doucement, c'est comme quelqu'un remontait progressivement le son d'une télé. Quoiqu'en fait, il n'y avait pas grand chose à entendre. Le calme semblait être revenu. La seule chose que l'on pouvait encore percevoir, c'était des bruit de pas sur le carrelage à moitié défoncé de la salle de réception. La lumière ne semble pas vouloir revenir par contre. Mais l'odeur elle, elle arrive au galop. C'est celle-là, l'odeur immonde faite de graisse humaine cramée qui vient lui chatouiller les narines. S'il n'était pas habitué, il en gerberait.
Puis une voix se fraya un chemin.
La phrase le fit tiquer et le réveilla quasi-instantanément. D'un coup de pied, il dégagea les morceaux de plâtre qui lui bouchait la vue jusqu'à présent.

- Parle pas de canard... Oh merde, c'est vous.

Ouais... En même temps, ça pouvait être qui d'autre franchement ? Affalé dans tout un enchevêtrement de mobilier explosé en morceau, il se redressa difficilement. Trèèèès difficilement. Et il comprit soudain pourquoi.
Un trou béant à la place du climatiseur.
Cliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim ! Ma chérie, mon sucre d'orge, mon petit choux métallique, me laisse paaaas !

Sauf que parler à ce genre de... chose, ça aide rarement à les faire remarcher. Dés que Yuri a pigé cette cruelle réalité, il se tourne vers Cooper, décidé à passer ses nerfs sur lui avant que la chaleur ne le lobotomise (ouais, Cooper avait quasiment dix ans de plus que lui et devait faire une largueur de plus mais un russe, c'est suicidaire, et ça aime se foutre dans la merde en balançant le fond de sa pensée). Mais finalement, il se ravise. Faisant preuve de bon sens, il sait très bien que ce n'est pas franchement le meilleur moment pour ça. On verra plus tard.

Pas très loin des pieds de son subordonné – être le supérieur d'un type pareil, ça lui faisait d'ailleurs une sale impression – il remarqua le corps du quatrième membre de leur équipe, le fanfaron que Yuri avait mentalement rebaptisé « la Lavette », afin de ne pas avoir à se souvenir de son prénom. Il observe le corps pendant une micro-seconde. Un boulet en moins, ça fait toujours du bien. Il le désigna d'un signe de tête.

- Plus servir à rien.

Les erreurs de langage comme celle qu'il venait de faire, il en était conscient, mais il à vrai dire, il s'en foutait. Tant qu'on le comprenait, il n'allait pas faire plus l'effort de piger cette langue plus que ça. Et ce qu'il venait de lâcher ne voulait rien dire de plus que « même s'il était encore vivant, on l'aurait abandonné là ».

Des bruits de cavalcades se firent entendre au-dessus d'eux. Il était temps de décamper sérieusement. Yuri se pencha pour ramasser des armes qui ne serviraient plus jamais à leurs propriétaires respectifs, au cas où. En passant à coté de Cooper, il lui ficha un Remington 700 entre les mains. Le mastodonte était évidemment déjà armé mais trop valait mieux que pas assez.

- Les ordres ? On se casse d'ici avant le débarque des autres. Et vite.

Sans attendre, il s'élança dans le couloir dans le but d'atteindre la porte d'entrée. Pour le moment, ça allait, mais il ne voulait même pas penser à l'instant fatidique où il arriverait dehors, en plein soleil ! Pour se libérer de cette pensée, il jeta un coup d'œil derrière lui pour vérifier que Cooper était bien là.

- Nouvelle recrue ?

Il avait choisit de demander ce qu'était devenu le gosse qui surveillait la rue avec lui, bien qu'il se foutait de la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Cooper
The Death Cannot Die
avatar

Messages : 90

MessageSujet: Re: 1998} Au bonheur des ogres [Yuri]   Ven 20 Aoû - 23:48


Finalement son 'camarade' se manifesta en entendant le mot 'canarder' et défonça à coups de pieds le mur qui lui était tombé dessus, tel... tel rien du tout tellement le Russe ne ressemblait à rien de nommable. James haussa les sourcils en regardant le mélange de plâtre, de sang et de transpiration qui se mélangeaient pour former une bouillie sur presque tout le corps de Litovski. Aberrant, à lui tout seul. Il ne sembla le reconnaître qu'après avoir demandé bruyamment de ne pas parler de canards.... certes. Puis il sembla se réécrouler dans les graviers en réalisant la chaleur qui commençait doucement à reprendre ses droits dans la maison. La douce chaleur ambiante qui l'avait accueilli en rentrant dans la maison laissait peu à peu sa place à celle de l'extérieur, plus aucune barrière humaine ne pouvait empêcher la nature de reprendre ses droits. Pendant que le russe se relevait avec une lenteur qu'il n'avait rien à envier à l'intellect des membres de l'UBCS, il fit un tour rapide des lieux pour retrouver le dernier membre de leur groupe et si possible le sauver, cela faisait toujours ça de gagné à ne pas devoir s'arranger avec le russe pour expliquer une mort aussi stupide.

Le coéquipier s'avéra se trouver à ses pieds, il ne le remarqua qu'en marchant dessus et au drôle de bruit que produisit le cadavre quand il lui écrasa la cage thoracique. Retournant son attention sur son supérieur, il se contenta de le fixer avec un mépris moqueur alors qu'il le fusillait du regard après que celui-ci ai fixé pendant quelques longues secondes la place où se trouvait précédemment le climatiseur. Il suait déjà à grosses gouttes et prêt à faire un meurtre sur toutes personnes qui avaient eu ou non un lien avec la disparition de notre bien aimé ventilateur. Cependant, il sembla avoir un soupçon de bon sens et reporta son regard vers ses pieds pour fixer son coéquipier d'un air morne avant de lui dire qu'il était fichu. Oui, quel dommage, plus de piles. Cassé. Pas grave mon chéri on l'emmènera chez le réparateur.

James se contenta de hausser les épaules, c'est pas comme s'il le connaissait, John ou un truc comme ça, un nom assez banal en somme toutes. Pour un mec assez banal, en faites. Que Dieu ai son âme, tout le blabla, amen. Bien, maintenant que le chef semblait pouvoir se déplacer sans s'effondrer à cause de la chaleur, il était temps de se mettre en branle et de s'éloigner le plus vite possible de cet endroit. Il n'y avait aucun honneur à mourir en refusant de vivre, l'une des premières règles à apprendre si l'on voulait survivre lorsqu'on exerçait son métier. Malheureusement, beaucoup trop de jeunes gens qui rentraient dans l'USS mourraient avant de pouvoir la comprendre. Et puis de toute façon, ce serait trop bête de mourir après ce qui s'était passé à Raccoon, il était temps de partir, de fuir. Qu'importe, il n'y avait plus rien à protéger, et il n'aurait pas trop de comptes à rendre, c'était Yuri le chef d'équipe et lui qui était à l'intérieur, il s'était contenté d'attendre.

Des bruits de cavalcades et des cris se firent entendre à l'étage... ils devaient faire la sieste, ou alors ils étaient en train de se battre silencieusement, en tous les cas ils avaient un temps de réaction assez conséquent. Ou alors était-ce prémédité ? Ou tout simplement il n'était allé plus vite que les autres et était moins peureux ? Il n'allait sûrement pas s'arrêter pour leur demander, ces gens là ne seraient probablement pas du tout des plus aimables et bavards avec des soldats d'Umbrella. Il commença à avancer vers la sortie avant que Yuri ne sorte une autre ânerie, mais celui-ci lui refourgua un .... Remington 700 dans les mains ?! Haussant les sourcils et s'arrêtant de marcher, il fixa l'arme. .... What. The. Fuck ?! Depuis quand quelqu'un réussissait à cacher un Remington 700 dans sa poche ? -à part Jill, Chris et Léon, bien sûr- Et comment passer inaperçu dans ce genres d'endroits où ils avaient dû êtres fouillés avant d'entrer. Et puis.... ce n'était absolument pas le genre d'armes qu'on utilisait pour être discret ou tirer dans le tas. C'était un fusil de précision, non de dieu, oui elle était bourinne, certes, mais on ne se baladait pas avec ça !

Où avez-vous trouvé cette arme, Litovski ? Et comment comptez vous l'utiliser ? Vous avez des cartouches pour la remplir ?

Ton hargneux. Bon, c'est vrai, il était de mauvaise foi, si on tapait avec la crosse cela pouvait faire mal. Mais bordel... déjà qu'ils auraient du mal à s'en sortir, s'il fallait en plus qu'il se charge d'un Remington 700 et courir avec partout, ils n'allaient pas chômer pour s'en sortir. Mais le russe avait déjà continué à marcher et avec un grognement il lui emboita le pas. Il entendait des pas sur le palier. Et l'autre c... idiot qui s'était arrêté au milieu du couloir, au milieu des restes de cervelles et d'os. Et il s'inquiétait de l'autre troufion qui agonisait dehors ?! Il le prit par le col et le tira vers la sortie avant que les autres de l'étage ne se mettent à les canarder... Oh... sorry abattre comme des lapins.

Il claqua le semblant de porte derrière lui, tant pis pour la discrétion... enfin, c'pas comme si se promener avec un mec qui a un accent russe à égorger des chèvres fasse passer relativement inaperçu, mais ils auraient pu éviter de se faire remarquer en claquant la porte. Bref. Il resta contre le mur et haussa les épaules.

Va falloir trouver une deuxième connerie à raconter dans le rapport.

Non pas que ce serait idiot que la nouvelle recrue passe l'arme à gauche sur une mission de routine qui soit embêtant -même si ce le serait s'il mourrait pour des blessures aussi... peu mortelles- mais de devoir justifier parce que James avait tendance à... perdre souvent des coéquipiers et ce n'était pas l'imagination qui détonnait chez lui pour expliquer les morts qui n'étaient pas toujours 'accidentelles', même que des fois c'était lui qui tirait, mais ça ... ben .. ça se dit pas, voilà.

Maintenant qu'ils étaient dehors, ils n'avaient plus qu'à tenter de contourner la maison pour repasser dans la rue en courant, achever l'autre en passant, et enjamber la barrière sans se blesser et fuir de toutes leurs petites jambes sans qu'un flic, idiot, gosse ne soit sur leur passage avec quelques balles tirées par des hommes rancuniers d'avoir perdus quelques chefs de gouvernements... Bref, une mission de routine. Avec un soupir, il se dirigea vers le coin de la maison en vérifiant que le russe n'était pas mort/tombé/agonisant/et le suivait. Il ferma ses écoutilles à toutes les phrases qui consistaient à maudire la chaleur ambiante et/ou le soleil d'Afrique.

Presque collé au mur, ce qui aurait été marrant s'il s'appelait Sam Fisher et qu'il n'était pas à découvert de tous les côtés avec un truc qui passait son temps à râler derrière lui, il continuait d'avancer le plus vite qu'il le pouvait en espérant que les râleurs Africains n'aient pas l'idée de génie -oulà, attention- de sortir et de leur tirer dessus. A moins que cela ne les arrange et là, tout le monde il est joyeux, tout le monde il est content. En tous les cas, arrivé au deuxième coin qui donnait vers la rue, il croisa mentalement les doigts. Parpitiéquilsaientmassacréslautreidiot. Et bien.... Non. Le gamin en question continuait d'agoniser sur l'herbe... enfin, agoniser, hein, c'tait un grand mot, il était plus proche du stade mort que vivant. Ou peut-être l'inverse vu qu'il venait de se redresser sur ses coudes et de tendre la main vers lui. Godamn shit...

... j'le porte pas, j'ai déjà le Remington.

Il ne porterait personne sur son dos, niet, pas question, pas moyen ! Non ! Il était même prêt à exploser le russe à pierre-cailloux-ciseaux pour ne pas le porter. Ou bien l'achever, mais le sentiment de victoire n'était pas le même. Enfin, si le russe lui donnait l'ordre de le porter... et bien... il s'arrangerait pour le faire bêtement glisser dans un puits. Sisi, il était mort sur la pelouse... mais de ses petites mains de mort-vivant il s'était dirigé jusqu'au puits et... pas de chance il était tombé.

M'a pas l'air tout à fait mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1998} Au bonheur des ogres [Yuri]   

Revenir en haut Aller en bas
 

1998} Au bonheur des ogres [Yuri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stairway To The Sun  :: RP } Au Loin :: Afrique-